Changement de Présidence à Avenir Conseil Elevage

Publié le 05/04/2016 | Nos Actions

Le  10 mars dernier, le conseil d’administration d’Avenir Conseil Elevage a élu Patrick ARPIN à la Présidence de la coopérative. Il succède à Alain JUMELLE, Président d’Avenir Conseil Elevage depuis sa création en 2012, qui reste membre du Bureau de la coopérative. Parcours et points de vue de ces 2 Responsables Professionnels animés par une forte motivation au service des éleveurs et des filières d’élevage du Nord et de la Picardie.

Une ambition et une vision pour l’élevage 

Alain JUMELLE a marqué le monde des « Contrôles laitiers » du Nord de la France (devenus Entreprises de Conseil en Elevage), par un engagement professionnel étonnant et par des impulsions structurantes.

Alain JUMELLE est devenu administrateur du Syndicat de Contrôle Laitier de la Somme en 1983. Il avait 29 ans, jeune installé en production laitière à Bavelincourt au nord-est d’Amiens en Gaec avec ses parents. Quatre ans plus tard en 1987, il succède à Gérard MESNARD et devient Président du Syndicat : il a 33 ans.

A cette période, l’élevage laitier traverse une grave crise avec la mise en place des quotas laitiers qui semblent bloquer toutes perspectives d’évolutions. Dans ce contexte difficile, le nouveau Président avec son conseil d’administration, entame une logique d’évolution à contrecourant des idées dominantes de l’époque. Alors que les Syndicats de Contrôle Laitiers (dont celui de la Somme) fonctionnent en clubs d’éleveurs motivés par l’amélioration des performances des vaches laitières, il fixe clairement le cap à tenir :

- Le Syndicat de contrôle laitier doit passer du statut d’outil de contrôle des performances au service de l’amélioration génétique, à celui d’outil de conseil et de développement des élevages qui s’appuie sur le contrôle des performances et l’amélioration génétique. 
Son rôle prioritaire devient le  conseil en élevage, en collaboration avec les autres intervenants. 

- Le Syndicat doit évoluer pour être accessible au maximum d’éleveurs, avec un  objectif de 80 à 90% du lait collecté.

- Le Syndicat doit œuvrer pour les éleveurs et la filière, par des actions individuelles et collectives, en valorisant ses métiers d’origine liés au « contrôle laitier ».

Avec l’appui des différents conseils d’administration qui ont toujours été pour lui une force, et qui en retour lui ont toujours renouvelé leur confiance, Alain JUMELLE impulse des évolutions marquantes au cours de 29 années de Présidence :

- En 1990, le Syndicat de Contrôle Laitier de la Somme se transforme en coopérative OCEL (Organisme de Conseil en Elevage), soit 20 ans avant la décision nationale qui transformera les organismes de contrôle laitier en organismes de conseil en élevage.

- En 2001, c’est la création d’Elevage Conseil par fusion de la Somme et de l’Oise.

- En 2003, ELC3 est créé avec la fusion Picarde Aisne, Oise, Somme.

- En 2012, la coopérative Avenir Conseil Elevage nait de la fusion d’ELC3 et de Nord Conseil Elevage. 

Le moteur de ces évolutions structurelles partagées avec les élus des départements voisins a été double : affirmer la volonté de se placer au service des éleveurs, les accompagner dans leurs choix par un conseil de qualité, neutre commercialement, pour les aider à tirer le meilleur parti de leurs élevages, et maintenir le pouvoir des éleveurs dans le cadre d’une structure autonome.
A l’issue de 29 années d’engagement, au cours desquelles il a aussi assuré pendant 10 ans la Présidence de l’Arsoe de Douai, Alain JUMELLE a souhaité passer le témoin à plus jeune que lui, afin qu’Avenir Conseil Elevage poursuive son implication au service des éleveurs, et les aide à faire face à une nouvelle période exigeante pour eux.

La volonté de s’engager au service des éleveurs

Patrick ARPIN est devenu administrateur du Syndicat de Contrôle Laitier du Nord en 2003, puis membre du Bureau à partir de 2007, après une formation RENFOR de formation des responsables professionnels agricoles Nord-Pas de Calais. « Ce fut une expérience très enrichissante. Pour ma part, je ne savais pas le responsable professionnel que je voulais être, mais je savais l’homme que je voulais rester » précise-t-il.

En 2010, Patrick ARPIN s’implique fortement en faveur de la fusion avec ELC3. Ce projet le motive, car l’objectif est de rester au plus proche des éleveurs tout en impulsant des perspectives de développement centrées sur l’apport d’un conseil technique et technico-économique de qualité. 

Prêt à s’engager pour un modèle d’organisation qui lui convient, il s’investit à la Présidence d’Avenir Conseil Elevage à la suite d’Alain JUMELLE avec lequel il s’est senti dès le début complètement en phase. « Je souhaite garder le même esprit que lui, c’est à dire servir tous les éleveurs quel que soit leur système d’élevage, travailler à la poursuite de l’amélioration du conseil en particulier dans le domaine économique, et contribuer ainsi à l’épanouissement des éleveurs de la grande région, même en période difficile » souligne-t-il.

« Nous sommes actuellement en manque de repères,  il va falloir gérer différemment nos élevages. Il est très important de prendre du recul et de se faire accompagner, il est plus que jamais nécessaire de se remettre en cause et d’adapter nos manières de faire. Je crois beaucoup à l’intérêt d’aller à la rencontre d’autres éleveurs, car c’est une source importante de motivation et de réflexion ».

Patrick ARPIN est membre de l’association « European Dairy Farmers » qui rassemble des éleveurs laitiers de toute l’Europe, ce qui lui apporte d’autres perspectives. « On voit que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs et que les plus efficaces, que l’on trouve dans tous les pays, sont tous au même niveau », indique-t-il. « L’important est d’être bien dans son système, et de bien le maîtriser jusqu’au bout ».

Comme Alain JUMELLE, il souhaite qu’Avenir Conseil Elevage travaille en accord avec son environnement, car « c’est l’intérêt des éleveurs de notre région ».

Il sait qu’il peut compter sur le conseil d’administration d’Avenir Conseil Elevage. « C’est une équipe motivée et impliquée, soucieuse d’adapter l’entreprise au contexte. Avec le réseau des éleveurs relais professionnels mis en place sur tout le territoire de la coopérative, le conseil d’administration s’applique à se tenir le plus à l’écoute possible des éleveurs et de leurs attentes. C’est primordial ».

Pour aller plus loin

Membres du CA d'ACE.pdf