Une stratégie pour évoluer et s’adapter

Publié le 24/10/2016 | Technique - Nouveautés

  • Analyser les données pour en tirer le meilleur

Le monde agricole, comme le reste de la société, vit une période de mutation. Ainsi, les différents acteurs économiques sont confrontés à des crises, des ruptures, à l’émergence de concurrences, aux disparitions d’autres acteurs ou de techniques, mais aussi à l’apparition de nouveaux modes de production et de consommation. Ces changements interviennent à un rythme de plus en plus soutenu. La caractéristique commune à tous est de faire évoluer le mode de gestion de l’entreprise.

Pour ce qui le concerne, l’élevage laitier est un secteur remarquable dans l’analyse du changement. Son contexte de production a évolué à très grande vitesse et désormais, l’éleveur doit gérer son entreprise avec des marges d’erreur extrêmement réduites. Il faut vite saisir les opportunités pour préparer l’avenir, en faisant souvent preuve d’audace, tout en assurant le quotidien. Il faut actionner de plus en plus de leviers pour des problèmes multifactoriels et souvent complexes à résoudre. Et finalement, les éleveurs sont amenés à toujours faire plus avec des contraintes financières et réglementaires omniprésentes.

Parallèlement, pour mettre en œuvre les moyens humains et matériels au service de l’objectif que l’on s’est fixé, autrement dit, pour gérer,  il est nécessaire d’avoir à sa disposition des indicateurs adaptés et fiables, et surtout de déterminer une stratégie d’entreprise.

Une multitude de données à analyser

Si l’enregistrement des performances des animaux servait à l’origine à la sélection animale sur des caractères quantitatifs, aujourd’hui,  le suivi régulier de ces données enrichies d’autres informations  est essentiel pour piloter son élevage.

Ainsi,  au-delà des résultats classiques, lait, taux et cellules, de nombreux outils permettent aujourd’hui d’ajuster  la conduite du troupeau de manière réactive : interprétation de l’urée individuelle en groupe d’animaux indispensable pour valider l’efficacité des quantités d’azote distribué,  dosages de l’acétonémie pour un constat rapide sur l’état de l’animal à son pic de lactation (qui rappelons-le est le moment le plus rentable d’une lactation…), marqueurs de reproductions précoces pour valider une gestation 27 jours après l’IA.

Le croisement de données concernant la qualité du lait, la reproduction, l’alimentation, l’économie, les fourrages… est ainsi indispensable à une gestion fiable du troupeau. Prenons deux exemples à titre d’illustration :

1 - Les taux (TB et TP) associés à la production ont un impact de plus de 30 € sur les écarts des marges brutes calculées par Avenir Conseil Élevage. Comment agir sur ces leviers sans éléments de comparaison au sein du troupeau ?

2 - La gestion de la qualité cellulaire du lait passe par une mesure individuelle. En effet, comment analyser un comptage tank qui passe de 200 à 250 000 cellules  dans un troupeau de 100 vaches sans résultat vache par vache ? Cette indication globale peut concrètement refléter des réalités très différentes. Est-ce les cinq vaches infectées à 500 000 qui passent à 2 millions ? Ou, beaucoup plus grave, 10 vaches qui se sont infectées et qui passent la barre des 300 000 cellules subitement ? Dans ce dernier cas, la correction doit être immédiate sous peine de contaminer plus lourdement et durablement le troupeau, et encore une fois de subir les réformes…

Pour en tirer le meilleur et prendre les bonnes décisions, il faut les comprendre, les relier entre elles et les analyser. Cette facette du métier d’éleveur devient l’une des clés de la réussite.

Savoir s’entourer pour avancer

Dans tous les secteurs économiques, les gestionnaires font appel à des consultants, des coaches ou bien encore des conseillers pour analyser les problématiques, les projets, les opportunités et les données dans un seul et unique but : définir une stratégie cohérente, planifiée et chiffrée.  Il s’agit également de ne pas rester seul dans un contexte chahuté. Un regard extérieur est plus que jamais utile pour prendre de la hauteur et ne pas perdre de vue la finalité de son travail.

Par ses valeurs, son système de production, ses objectifs qui peuvent être clairement définis ou non, chaque éleveur est unique. Les bilans fournis par une collecte régulière d’indicateurs permettent d’établir le constat personnalisé concernant son élevage. A partir de là, il est possible d’évaluer l’évolution probable de chaque situation et de définir les axes prioritaires à travailler.

C’est à partir d’une écoute attentive du besoin de l’éleveur, des échanges de point de vue entre lui et son conseiller qu’un plan d’action commun peut être bâti pour atteindre les objectifs fixés. C’est cette démarche qu’Avenir Conseil Élevage propose dans la nouvelle Offre de Services qu’elle déploie actuellement pour 2017.