Plus de cohérence pour plus de marge !

Publié le 14/02/2018 | Technique

Après un temps d’échanges en salle le matin sur les leviers d’action possibles pour davantage de cohérence de son système, thématique développée tout au long de l’édition 2018 des Hivernales d’Avenir Conseil Elevage, Nathalie Poiret et Stéphane Leclercq ont ouvert les portes de leur exploitation à Airaines (80). En quelques chiffres techniques et économiques, les éleveurs présents ont pu découvrir un exemple concret d’optimisation d’un système.

Stéphane Leclercq explique en quelques mots les orientations que le couple souhaite prendre pour l’avenir. « A court terme, sur les deux prochaines années nous allons essayer de réduire au minimum les investissements voire de ne pas en faire. Cela permettra d’assainir la trésorerie qui est comme dans beaucoup d’élevages tendue malgré tous les efforts ! 

Depuis 2016, le couple travaille avec le conseiller Avenir Conseil Elevage à la réduction de la quantité de concentrés distribués. Cet objectif est apparu de manière inévitable suite au premier calcul de la Marge Brute réalisé par ACE en 2016. Les résultats ont mis en évidence un coût alimentaire de 150 €/1 000 L tandis que la moyenne des 380 marges calculées se situait à 126 €. La marge de progrès était évidente, mais la solution pour la gagner a nécessité de prendre le temps de la réflexion. « Nous avons analysé tous les chiffres en notre possession et avons décidé d’axer principalement notre stratégie sur la quantité de concentrés distribués sans pour autant que les résultats techniques en pâtissent. »

130 g de concentrés en moins !

Sur la campagne 2016, un litre de lait livré nécessitait l’apport de 290 g de concentrés. Pour réduire cette quantité, les éleveurs ont élaboré, avec le conseiller d’ACE, un outil très simple sous forme d’un tableau pour adapter la quantité distribuée à la quantité de lait livré. Autrement dit, la problématique est posée ainsi : « Combien de concentrés dois-je distribuer pour atteindre un objectif de 190 g/litre ? ». Cette manière de voir peut interpeller, mais c’est un excellent moyen de ne pas se détourner de l’objectif initial et elle oblige ou permet une attention particulière sur la qualité du lait. « Au début ça fait un peu peur, je craignais de pénaliser la production mais je ne regrette pas mon choix. Je complète tout de même à l’auge pour les fraîches vêlées avec en moyenne 2 kg d’un VL 3 litres pendant 2 mois. Le tableau simplifie la conduite alimentaire, il oblige l’adaptation de la voilure et nous interroge sur les achats. Par exemple, actuellement il n’y a plus de pulpes sèches puisque le prix n’était pas suffisamment intéressant. En fait c’est un bon outil pour initier la gestion de la complémentation. »

Une table pour multiplier les gains !

Pour respecter les 190 g de concentré par litre de lait livré, Stéphane Leclercq s’est constitué un outil de calcul différent de ceux que l’on rencontre habituellement. Le point de départ de l’équation est le litrage vendu. Tous les 3 jours, il note la quantité de lait dans le tank pour recalculer la quantité à intégrer dans la mélangeuse. Dans l’exemple ci-dessous, le tank affichait 3597 litres, pour prendre en compte les débuts de lactation et leur complémentation à l’auge il ajuste leur nombre (7 vaches fraiches vêlées). Ainsi, pour 3597 litres, Stéphane a préparé 234 kg de mélange du prémix (concentrés + paille). Dans ce calcul, le nombre de vaches n’est plus une variable !

Le résultat de la deuxième Marge (campagne 2017) démontre l’impact positif de la démarche. La quantité de concentrés distribués atteint 160 g/L, soit 130 g en moins. Le coût alimentaire des VL est passé de 125 à 88 €/1 000 L. Au global, les modifications de conduite alimentaire ont permis de diminuer le coût alimentaire troupeau lait (VL et Génisses) de 35 €/1000 L soit plus 12 000 € d’économie !