Herbophyl’Hebdo : La pousse a mis le turbo !

Publié le 24/04/2018 | Technique

Soyez vigilants, l’herbe pousse beaucoup plus vite que d’habitude. Pour ne pas être dépassé, il ne faut pas hésiter à faucher quelques hectares supplémentaires...

La pousse

Les températures, le soleil avec des sols encore humides font décoller la pousse de l'herbe. En moyenne générale, elle atteint les 105 kg de MS de pousse par hectare et par jour ! Dans ces conditions il est important de ne pas gaspiller. Pour cela, il est possible de diviser les parcelles au fil et de débrayer des surfaces pour les réserver à la fauche. Attention, pensez également à échelonner les récoltes, autrement dit, il est préférable de ne pas tout faucher en foin en même temps pour ne pas manquer d'herbe sur pied début juin. En en fauchant une partie pour de l'ensilage ou de l'enrubannage précoce ces parcelles reviendront plus vite dans le cycle de pâturage. 

Cumul de températures : Le retard se rattrape…

La moyenne des sommes des températures depuis le 1er février atteint 524 °C, c'est 110 °C de plus en une semaine avec pour conséquence une nette accélération de la pousse de la végétation !

Paroles d'éleveurs

« Depuis la semaine dernière, je suis passé à 50% de la ration hivernale (Ensilage de maïs et correcteur azoté). Avec l’explosion de la pousse, j’ai ajusté en réduisant à 40%. Malgré cela, j’ai 6 parcelles à plus de 15 cm et je me pose la question de faucher une partie tout en réduisant encore la ration hivernale à 30%. Une des spécificités de mon élevage est d’être engagé dans la filière oméga 3. A la vue des derniers résultats d’analyse de lait, j’ai stoppé la complémentation en tourteau de lin puisque l’herbe pâturée me garantit des résultats plus que satisfaisants. »

Gauthier Brabant,
Éleveur laitier de 45 vaches à Ors (59).


« Avec 38 ha accessibles pour l'instant (85 vaches 100% pâturage), j'ai retiré du circuit de pâturage 10 ha tellement la pousse a été forte. J'espère donc faucher entre le 1er et le 10 mai.

Pour l'instant, les paddocks sont délimités au fil ce qui permet aux vaches de bien pâturer ; et il reste peu de refus à la sortie de la parcelle.

Pour moi, on a eu le pic de pousse que l’on observe normalement autour du 15-20 mai. »

Vincent Delargillière,
Éleveur laitier 100% herbe à Pierrefitte en Beauvaisis (60)


« Il faut tourner vite, pour valoriser la pointe d’herbe et finir le 1er tour. Le pâturage nous a permis de retirer 10 kg de pulpes surpressées et 5 kg de maïs ensilage. Le lait dans le tank se maintient. »

Monsieur Lemaire,
Éleveur laitier en système à 10 ares/vache de pâturage accessible à Moyenneville (80).