Richesse du lait : Avec les robots le moindre déséquilibre alimentaire se voit immédiatement.

Publié le 21/10/2018 | Technique

Plusieurs éleveurs relèvent le défi de produire un lait riche et visent même 47 de TB et 37 de TP. Pour y parvenir chacun met en place des actions particulières : stade de récolte du maïs, culture de l’herbe, incorporation de betteraves fourragères, confort, stimulation de l’ingestion, connaissance des fourrages pour ajuster la complémentation, conservation des fourrages…

La richesse du lait pour compenser un prix trop bas

Nous cherchons à améliorer la richesse du lait parce que notre laiterie a mis en place une incitation financière et aussi pour compenser le prix du lait trop bas ! expliquent Delphine et Marc Woestelandt. Voici leur témoignage.

Qu’avez-vous mis en œuvre pour favoriser les taux du lait ?

Avec les robots le moindre déséquilibre alimentaire se voit immédiatement. Par exemple un simple éboulement du front d’attaque va faire chauffer le maïs au silo puis à l’auge, les vaches vont bouder la ration, toute l’étable traine, le nombre de passages au robot baisse et finalement les performances chutent !

On le voit très vite avec les données des robots et les analyses du tank. Nous suivons de près le rapport TB/TP du tank, il doit être entre 1,2 et 1,3 et l’idéal est à 1,25. Le lait par vache doit être supérieur 31kg, nous sommes en alerte si il descend sous les 30 kg. Le passage aux robots est aussi un critère essentiel ; S’il y a plus de 5 vaches sur les 120 avec un écart supérieur à 14h c’est que ça ne va pas !

Pour éviter les déséquilibres, nous attachons une grande importance certains éléments.

Nous sommes exigeants sur les fourrages. Le maïs est récolté mûr, à 35-37% de MS, c’est la MS du grain que nous recherchons. Je me demande même si un bon Stay-Green avec un gain à 65% de MS ne serait pas possible. Encore une chose à étudier avec les conseillers Avenir Conseil Elevage !

L’herbe est en fait un préfanné au top : stade de fauche, soins au fanage, au silo et à la reprise).

Nous avons intégré des betteraves fourragères à la ration qui ont apporté un plus.

Nous veillons à la régularité de la ration. Nous distribuons le soir pour que les vaches y aient accès facilement pendant la nuit. Cela favorise la circulation et le passage aux robots. Le jour nous sommes là pour repousser la ration.

Enfin, tous les deux mois, nous faisons un point sur les stocks des 3 fourrages avec le conseiller Avenir Conseil Elevage. Nous avons du maïs 2017 jusqu’à la St Eloi ! C’est le minimum pour donner un maïs 2018 stabilisé puisque 9 semaines sont nécessaires.

Le plus important c’est d’être réactif, régulier et avoir envie d’essayer. Les conseillers Avenir Conseil Elevage nous aident en apportant des analyses, du conseil sur la qualité des fourrages et la construction de la ration et aussi une aide à la décision.

retour