Richesse du lait : J’ai décidé d’implanter 2 hectares de betteraves à la place du maïs sur maïs.

Publié le 25/10/2018 | Technique

Plusieurs éleveurs relèvent le défi de produire un lait riche et visent même 47 de TB et 37 de TP. Pour y parvenir chacun met en place des actions particulières : stade de récolte du maïs, culture de l’herbe, incorporation de betteraves fourragères, confort, stimulation de l’ingestion, connaissance des fourrages pour ajuster la complémentation, conservation des fourrages…

Avec 9 000 kg par vache et 4 mois à 45,8-35,3 avec même un pic à 48,0-36,9, Damien Derhille, éleveurs dans les Flandres, "flirte" avec l'objectif initial. Voici son témoignage.

Pour le prix avant tout

L’objectif des taux est devenu prioritaire depuis l’abandon du quota matière grasse. Il n’y a plus de limite au sur la quantité de MG, cela se voit sur la fiche de paie avec un bonus de 20 à 30 € par 1 000 L.

Qu’avez-vous mis en œuvre pour favoriser les taux du lait ?

Avec l’obligation des 3 cultures minimum sur l’exploitation (NDLR : conditionnalité PAC), j’ai décidé d’implanter 2 hectares de betteraves à la place du maïs sur maïs.

J’en sors triplement gagnant !

Le rendement matière sèche des betteraves est supérieur au maïs ensilage et cela m’a permis de sécuriser mon bilan fourrager.

Le fait d’avoir incorporé des betteraves et donc diversifié la ration m’a permis de baisser la quantité de maïs à 25 kg brut par vache et donc d’amidon dans la ration, qui en excès, nuit à la production du TB.

Et enfin j’ai vu une hausse rapide du TB : 4 points en 15 jours et 1,5 points de TP dans le même temps.

Lors des réunions de groupe Avenir Conseil Elevage nous étudié les manières de cultiver l’herbe et le maïs. J’ai fait évoluer mes pratiques et mes objectifs : aujourd’hui je vise une herbe au stade « 2 nœuds » et un maïs au minimum à 35% de MS.
Avec ces stades de récolte, l’association de ces 3 fourrages permet d’arrêter le concentré de production.

L’investissement dans une mélangeuse m’apporte davantage de précision dans les quantités et l’homogénéité de la ration. Avant j’étalais l’herbe enrubannée aux cornadis mais les vaches triaient, aujourd’hui ce n’est plus le cas.

Avec le conseiller Avenir Conseil Elevage, nous avons fait évoluer la ration des vaches taries en incorporant une part d’herbe dans la ration (environ 2 kg de MS/VT). L’essai est concluant : nous avons de meilleurs pics de lait sur les fraîches vêlées, sans aucun souci métabolique !

Quels sont vos repères pour piloter la ration ?

Je regarde les résultats du labo reçus tous les 3 jours sur mon téléphone. Je cherche à avoir un rapport de taux TB/TP entre 1,20 et 1,30. J’ai remarqué que le TB était plus haut lorsque l’on est plus proche des 1,30 !

Avec les résultats d’analyses Avenir Conseil Elevage, je surveille surtout le TP des fraîches vêlées, leur acétonémie - qui a quasiment disparue - et leur rapport de taux. En fonction des résultats, avec les conseiller, nous ajustons la ration pour essayer d’exprimer toujours plus de taux !

retour