Richesse du lait : Les taux et le coût alimentaire représentent 70 € de marge en plus !

Publié le 30/10/2018 | Technique

Plusieurs éleveurs relèvent le défi de produire un lait riche et visent même 47 de TB et 37 de TP. Pour y parvenir chacun met en place des actions particulières : stade de récolte du maïs, culture de l’herbe, incorporation de betteraves fourragères, confort, stimulation de l’ingestion, connaissance des fourrages pour ajuster la complémentation, conservation des fourrages…

Avec 9 710 kg par vache avec des taux à 42 et 34,4 et un pic à 46,4-36,1, Sébastien Verhaeghe, éleveurs dans les Flandres, cherche à produire un lait riche en quantité et à moindre coût : "Chez moi, les taux et le coût alimentaire à moins de 100 € les 1000 L représentent 70 € de marge en plus !" Voici son témoignage.

Qu’avez-vous mis en œuvre pour favoriser les taux du lait ?

 

La mélangeuse doit être en moyenne à 0,95 UFL sans concentrés ! S’il faut ajouter des concentrés pour y parvenir c’est déjà une partie du résultat qui est perdue. Les fourrages doivent être irréprochables. Je fais analyser tous les fourrages et je pèse la ration.
La qualité des fourrages est devenue une idée fixe. Lorsque je fauche, je suis vraiment soucieux et stressé mais c’est grisant quand on sait que c’est du bon boulot !

J’ai apporté de la Kiésérite et de la potasse sur mes pâtures. En fait, je « cultive » l’herbe et avec le préfané je récolte des UFL et de la Cellulose digestible.

Valeurs alimentaires d’un ensilage d’herbe 2018

Les taries reçoivent les mêmes fourrages que les laitières (maïs, pulpes et ensilage d’herbe) et un bon minéral tari pour une BACA négative.

J’ajuste selon le rapport TB/TP que je reçois tous les 3 jours. C’est assez fou de voir à quel point le moindre changement peut faire varier les résultats. Dernièrement, il y a eu une variation du rapport TB/TP, avec Quentin Porquier (conseiller à Avenir Conseil Elevage) nous avons modifié de 1,5 kg les surpressées et tout est rentré dans l’ordre !

Quels sont les critères ou services qui vous aident à piloter votre troupeau à produire de telles performances ?

L’équipe Avenir Conseil Elevage, dont ma conseillère Agathe Vandaele qui m’accompagne, les réunions avec d’autres éleveurs : à chaque fois il y a des choses à retenir.

Avec le nouveau rationneur utilisé par Avenir Conseil Elevage nous voyons tout de suite si les critères % de concentrés, % d’amidon, % de cellulose, UFL,… sont au vert.

Forcément les analyses de fourrages ! J’utilise le service AGRINIR tous les mois pour affiner la ration. Ce n’est pas tout de peser, il faut aussi avoir la valeur réelle des fourrages.

Tous les mois, le conseiller me calcule mon coût alimentaire : « il faut qu’il soit à deux chiffres ! »

Et bien sûr, les analyses avec notamment le TB et TP des vaches à moins de 100 jours et l’analyse d’urée pour le réglage du correcteur.

Quel serait le meilleur conseil à donner à un éleveur qui souhaite se lancer dans ce challenge ?

Je dirais qu’il ne faut pas avoir peur de changer. Si tu as peur de perdre un litre de lait regarde combien tu as gagné en taux ou en coût alimentaire et en marge 

retour